Menu
default banner

La petite maison, à Mont Jalousie

La petite maison, à Mont Jalousie

0 Comment

Cette petite maison a été construite par Benjamin Hilaire en 1970, mais reconstruite depuis plusieurs fois. Elle a deux pièces et une galerie. Aujourd’hui, la petite maison est dans un état déplorable. La toiture est en tôle, de couleur grise et jaune, signe de son ancienneté. Les murs sont en gaines de palmiste, soutenues par des tiges d’arbres clouées sur les poteaux qui forment la charpente de la maison. La façade est un mélange de palissage, de gaines de palmiste et de bâche. Il n’y a qu’une porte d’entrée en bois, mais bloquée, vu que le grenier (galata) désarticulé prend appui sur elle pour ne pas tomber. L’accès à l’intérieur est fait dans un panneau, à l’arrière de la maison, qui permet de voir un lit rempli de tissus. Deux poteaux en bois inclinés délimitent la galerie ouverte sur une petite cour en terre jaunâtre. Ils donnent visiblement l’impression de ne plus résister à son fardeau.

La beauté de cette petite maison, malgré son délabrement, est sa présence insolite dans un espace d’exception et la végétation qui l’entoure, incluant : chadèque, herbe Guinée, canne à sucre, fougère, ricin, oranger, manguier, bananier et autres. Elle côtoie les reliques d’un temps ancien. On trouve à proximité la trace de deux tombeaux ayant des poteries venant du Havre, en France. Un peu plus loin, il y a deux autres tombeaux, dont la maçonnerie est semblable à celle qu’on trouve dans les forteresses.

Benjamin Hilaire

Benjamin est fils de Gilise St-Hilaire et d’Edmond Hilaire. Il est né en 1943, à Bourdeau, localité fond gingembre. Il est le benjamin d’une famille de 3 enfants. Il fait environ 1.40 m et est de teint brun. Il n’a pas été à l’école formelle, mais a suivi des cours particuliers lui permettant d’écrire son nom. Il est père de 4 enfants avec sa femme Occina Bona, décédée en 2017. Les 4 enfants, dont 2 garçons et 2 filles, sont : Abraham, Frisbee, Marie-Louise et Nicole.

Benjamin Hilaire souffre aujourd’hui de tension et passe la nuit à Janno, chez sa cousine germaine. Mais, durant la journée, il vient dans sa petite maison et il cultive sa terre. C’est là où Centre Banyen l’a rencontré, ce dimanche 10 novembre 2019, portant une veste et une casquette en tissu, qui gardent son corps au chaud dans l’air matinal très frais de Mont Jalousie. Malgré sa santé chancelante, il fait des va et vient dans la communauté. Il assiste aussi des personnes qui ont perdu leur titre de propriété ou victimes d’un abus sur leur terre. Son travail le met en contact avec des notaires, des arpenteurs, et la structure judiciaire. Son langage est émaillé de tournures qui font un mélange de créole et de français. Une influence du métier.

Malgré son âge et la fragilité de sa santé, Benjamin Hilaire ne désespère pas. Son projet est de réhabiliter sa petite maison. C’est la mémoire d’une vie et l’expression de son indépendance.

Abner Septembre,
Sociologue Chercheur et Praticien en Sociogronomie
Centre Banyen @ Vallue, 10/11/2019

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *