Le Solivermont : un rêve, un concept

«Le Solivermont arrive !» est avant tout une idée venue d’un rêve. On dirait une révélation. Un soir du temps, le promoteur a vu en rêve, à l’horizon de Léogane, alors qu’il était sur une colline près de Nan Ban-Yen, une sorte de masse de nuages noirâtres comme si c’était le mauvais temps qui arrive. Brusquement, il se retrouvait dans son rêve à l’endroit où s’est réalisé le premier festival (aujourd’hui baptisé Promenade Solivermont Garden-party). Dans son rêve, il a posé à quelqu’un la question : qu’est-ce que sait ? La personne lui a répondu : c’est le solivermont qui arrive. Brusquement, il s’est réveillé et est allé voir dans un dictionnaire si le mot existe et, si oui, quel est le sens.

Connectez-vous à votre compte

solivermont


Suivez nous sur
Le solivermont

Ce mot n’existe pas encore dans le dictionnaire. L’ayant trouvé en effet joli, l’organisateur l’a adopté, lui a donné un sens et veut lui construire un avenir. Le Solivermont se réfère au terroir (sol), à la solidarité, au soleil et au solstice, à la nature, et au retour de l’abondance sur la montagne. «Le Solivermont arrive !» devient du coup le nom commercial du Festival du tourisme éco-montagne.

Le concept «éco-montagne»

C'est un nouveau paradigme de développement de territoire qui met l’accent sur le retour aux sources et aux valeurs écologiques, et valorisation de la toile identitaire propre à chaque terroir de montagne, en tant que patrimoine, réservoir d’identité, de ressources et de mémoire.

Le tourisme éco-montagne signifie alors : «un tourisme authentique ancré dans le territoire, dans les valeurs et les traditions locales propres au lakou ; un tourisme inclusif qui cherche à fixer la population sur son territoire en offrant à chaque individu la possibilité de changer son propre statut et celui de sa famille ; un tourisme de proximité, participatif et éthique par une répartition plus équitable des ressources générées ; un tourisme à faible présence humaine et à faible empreinte écologique ; un tourisme qui combine gîtes ruraux, chambres d’hôtes, pique-nique, camping et animations dans une aire agro-écologique».

Les 3 piliers de l’éco-montagne sont «lakou, kombit, fanmi». C’est ce triptyque qui sera à la base de tout «Village Eco-Montagne Destination» (VEMD) créé dans le cadre de cette approche. Le premier VEMD sera construit sur 5 ans, 2014 – 2018, à Vallue, plus particulièrement au Lakou Branchiwo. Notre rêve est de faire de ce village-lakou une merveille sur la montagne, un havre de bonheur, une communauté viable et prospère. Ce sera l’endroit le plus beau, le plus agréable, le plus vert, le plus protégé de Vallue, où il fait bon vivre.
Ce projet de société se veut aussi être un cas de «best practice» en matière d’appropriation et de gouvernance participative, un référentiel d’aménagement et de développement de territoire qui inspire les politiques publiques et d’autres zones pour apporter des changements positifs en milieu rural tant pour les écosystèmes d’altitude que pour leurs habitants. Cliquez ici pour Télécharger le rapport de l'édition 2016.

Suivez les liens suivant pour télécharger les rapports des années précédentes: Première édition (2013), Deuxième édition (2014), Troisième édition(2015).